Nous, nous soutenons la construction en milieu rural
2015-01-06
Tribune du groupe Centre et indépendants au Conseil général de la Somme:
Par 24 voix contre 3 et 12 abstentions, nous avons obtenu, le 3 novembre 2014, le rejet pur et simple d’un projet de décision porté par le vice-président en charge de l’habitat et de l’urbanisme. Un véritable camouflet qui dépasse largement les clivages politiques.
Fort de ses convictions, il nous proposait d’émettre un avis plus que réservé sur le projet d’une commune qui voulait permettre la construction de 65 logements. A l’inverse, il nous proposait d’émettre un avis favorable pour une commune qui ne prévoyait pas de nouvelles constructions. En bloquant ce vote, nous avons finalement obtenu un avis favorable sur les deux projets.

De quel droit le Conseil général de la Somme se permettrait-il de juger les projets des communes rurales qui veulent se développer ou, tout simplement, maintenir leur population ?

De quel droit notre collègue vice-président peut-il qualifier le projet d’une commune de « trop ambitieux » ou « d’irréaliste » ? D’autant que le plan d’urbanisme qui nous était soumis, avait été réalisé par des spécialistes et adopté par des conseillers municipaux démocratiquement élus et réélus.

Si l’on suit son raisonnement à l’extrême, il ne faudrait plus construire dans les communes parce qu’il n’y a pas de gare où prendre le train, afin de lutter contre la pollution automobile ! Il n’y aura jamais de trains desservant chacune des 782 communes de la Somme. Il faut donc être réaliste si l’on veut continuer à développer notre département.

Qu’il faille préserver des surfaces pour l’agriculture, nous en sommes tous convaincus. De là à geler chaque terrain agricole dans les communes rurales, quelle que soit sa superficie, il y a un pas que nous ne devons pas franchir. Même les représentants du monde agricole n’y sont pas favorables.

Ce 3 novembre, nombre d’entre nous sont donc intervenus pour démonter chacun des arguments politiciens qui n’ont d’autre finalité que d’empêcher les particuliers à devenir propriétaires dans nos villages. Cette idéologie n’est pas la nôtre.

Parce que nous sommes tous des élus de terrain proches de la population et des maires, nous savons combien il leur est difficile de combattre certains opposants à toute construction nouvelle en milieu rural. Obtenir un permis de construire relève du parcours du combattant. Face à des normes d’une grande complexité, nous sommes parfois confrontés à des situations qui frôlent l’absurde. Les blocages sont de plus en plus nombreux et il faut des mois et des mois pour contourner tous les obstacles.

Que l’on ne s’étonne pas que le nombre de constructions s’effondre dans notre département comme partout en France ! Nos artisans du secteur du bâtiment en souffrent, des emplois disparaissent. Pendant ce temps, les demandes de logement ne cessent d’augmenter.

Nous avons toujours défendu une autre conception, celle d’un développement équilibré et harmonieux du territoire, favorisant l’accession à la propriété pour maintenir notre population et les services aux habitants. Nous voulons éviter d’un côté, une surpopulation dans les grandes villes et, de l’autre, le désert dans des campagnes transformées en « réserves d’indiens ».

Ce 3 novembre, nous l’avons, une nouvelle fois, démontré !



Mentions légales