AGRICULTURE : où est l’Avenir ?
2014-03-19
Au mois de février, la commission des Affaires économiques dont je suis le vice-Président a eu à étudier le Projet de Loi d’Avenir pour l’Avenir de Agriculture, l’Alimentation et le Forêt présenté par Monsieur Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture.
J’ai participé à de très nombreuses auditions de l’ensemble des acteurs de la filière agricole et agronomique afin de mieux cerner les enjeux de ce texte que beaucoup attendaient.
Malheureusement, le Projet de loi n’a d’avenir que le nom. De l’avis de beaucoup de professionnels de l’Agriculture auditionnés, le texte ne pose pas de véritables fondamentaux pour l’Avenir de notre Agriculture.
Les nombreuses discussions en Commission des Affaires économiques ont permis de mettre au jour les ajustements nécessaires à certaines dispositions bien trop éloignées de la réalité quotidienne des Agriculteurs.
Au cours de son audition par la Commission des Affaires économiques, le Ministre Stéphane le Foll a tenté de masquer, a grands renforts de superlatifs, le peu d’intérêt soulevé par le texte.
Je suis intervenu durant cette audition pour soulever quelques points qui m’ont paru essentiels dans le Projet de loi et que je défendrai lors du travail en commission et dans l’hémicycle : « L'agriculture raisonnée a permis de bien produire, de bien nourrir : nous gagnons un trimestre de vie par an, même si certains semblent l'oublier. J'apprécie que ce texte favorise l'installation des jeunes. Vous nous dites qu'ils résistent mieux dans l'agriculture que dans d'autres domaines ; il faudrait que la durée d'installation soit mieux contrôlée.
Les normes sur la méthanisation sont excessives : dans la Somme, huit projets ne peuvent sortir, en dépit des sommes considérables que les agriculteurs ont dépensées pour les études. Je regrette que ce texte n'aborde pas la problématique de la compétitivité. Il faut ouvrir ce débat au Sénat. La compensation écologique des grands travaux d'infrastructure, c'est la double peine pour les agriculteurs, à qui l'on prend deux fois des terres. »



Mentions légales